Loading...

Le département de l’Hérault

Bordé par la mer Méditerranée, le département de l’Hérault s’étend des contreforts du Massif central jusqu’aux garrigues. De Montpellier à Béziers en passant par Sète, Agde ou Frontignan, il présente une diversité de paysages et d’activités qui en font un département séduisant été comme hiver. Son climat méditerranéen et la vigueur de son tissu économique attirent plus d’un million d’habitants permanents. En été, le tourisme double cette population !
L’Hérault (34) appartient à la région Occitanie. Installé au cœur du Languedoc, le département est bordé par l’Aude, le Tarn, l’Aveyron et le Gard. Vu du ciel, l’Hérault forme comme un amphithéâtre tourné vers la mer, avec une cote marquée par les centres urbains de Montpellier et de Béziers et un arrière-pays rythmé par les petits villages et les collines rocheuses. Alors quelles sont les caractéristiques de l’Hérault, et comment le département est-il devenu l’une des premières destinations touristiques de France ?

L’histoire et la culture de l’Hérault

Administrativement, le département de l’Hérault est rattaché à l’Occitanie et à sa capitale, Toulouse. Traditionnellement, le 34 appartient à ce qu’on a longtemps appelé le Languedoc, le pays où l’on parle la langue d’oc. Aujourd’hui, la langue française s’est uniformisée mais les Héraultais et Héraultaises ont conservé les intonations chantantes de leur ancien patois : c’est le fameux accent du midi.
Pendant longtemps, l’Hérault est un département relativement rural où l’on cultive la vigne et l’olive. Les cultures doivent en effet s’accommoder de sols secs et du climat méditerranéen, très doux en hiver mais sec et chaud en été. La viticulture et l’oléiculture assurent pendant tout le Moyen-Âge la prospérité des producteurs locaux. Avant l’essor des grandes villes modernes, les habitants s’organisent sous forme de villages rapprochés : on parle alors du Biterrois, de l’Espinouse, du Lodévois ou du Montpelliérain comme d’autant de « pays » à l’intérieur de l’Hérault.
Aidée par le développement du commerce, Montpellier devient rapidement la première ville de l’Hérault. Elle connaît un développement important au fil des siècles, et sert de point de départ à quelques-uns des grands projets d’aménagement du territoire qui précède la révolution française. Le Canal du Midi est certainement le plus important d’entre eux. Montpellier accueille également la première université de médecine du pays. Animée par les traditions languedociennes, elle deviendra par la suite un lieu de villégiature recherché pour les vacanciers venus de toute la France.

Un territoire touristique

L’Hérault est un département propice au tourisme à bien des égards : architecture, patrimoine, fêtes, climat et plages attirent les foules dès le début du printemps et jusqu’à tard dans l’automne. Le bord de mer et les grandes stations balnéaires concentrent la plus grande partie des visiteurs qui viennent profiter de l’eau bleue et chaude de la Méditerranée. Les immeubles en pyramides et les passerelles sculpturales construits par l’architecte Jean Balladur incarnent cette ambition touristique à la Grande Motte, aux portes de Montpellier.

En descendant vers Béziers, les grands complexes se multiplient le long de la cote : Frontignan, Sète et bien sûr Agde, où naît en 1956 le premier camping naturiste de la région. La réserve naturelle des Orpeillières et Valras-Plage ferment le chemin, avant que l’Hérault ne laisse la place à l’Aude, Narbonne et Perpignan. Cette concentration permet à l’Hérault de se hisser au quatrième rang des départements français en termes de fréquentation touristique, avec un hébergement qui représente l’équivalent de 40 millions de nuitées par an !

Un patrimoine riche

Le patrimoine, l’animation culturelle des villes et les vieilles pierres sont l’autre grand atout de l’Hérault. On vient par exemple de toute la France et même de toute l’Europe pour découvrir les contreforts escarpés qui marquent les abords des villages de Saint-Guilhem-le-Désert, Olargues ou Minerve.
Dans l’arrière-pays entre Montpellier et Béziers, les curieux visitent les fameux châteaux pinardiers qui rappellent le caractère florissant de l’industrie viticole locale autour d’appellations comme le Frontignan ou le Minervois. En s’éloignant dans la garrigue, les paysages de rocaille et de vignes typiques du Languedoc-Roussillon permettent de découvrir les mazets et capitelles de pierre sèche qui servaient d’abri pour la nuit avant l’arrivée des moyens de transport modernes. En retournant vers les villes, les amateurs d’architecture ont de quoi faire avec le quartier Antigone qui prolonge Montpellier vers la mer, ou la célèbre mairie construite par Jean Nouvel.
Les fêtes, férias et autres événements inspirés des traditions camarguaises ou languedociennes rythment l’été. En journée, on apprécie le folklore local, la tauromachie et les fanfares. En soirée, les fêtards prennent le relais, parfois jusqu’au petit matin.

Le sport, plus qu’une passion, une vitrine

Impossible d’évoquer l’Hérault sans aborder la culture sportive local : le 34 est une terre propice aux exploits physiques ! Pour les vacanciers, la plupart des distractions se situent près de la mer, avec de nombreuses possibilités en termes de voile, de glisse ou de plongée. Il n’y a pas vraiment de surf sur le golfe du Lion mais le vent profite au kite-surf et à la planche à voile, et l’on peut toujours faire une balade en paddle pour les jours calmes. Les Héraultais et Héraultaises partagent quant à eux leur passion du sport autour du rugby, omniprésent en Occitanie. Ils n’en oublient cependant pas la discipline préférée des Français : le Montpellier Hérault Sport Club incarne par exemple les espoirs locaux en matière de football, et les soirs de matchs sont toujours animés au stade de la Mosson. Le Montpellier Handball ou MHB est l’autre grande fierté locale : il s’agit en effet du club le plus titré du handball français et bon nombre de ses joueurs évoluent en équipe de France lors des compétitions internationales et des Jeux Olympiques. Les autres villes de l’Hérault ne sont pas en reste : Sète ou Béziers défendent haut leurs couleurs locales, notamment en football où l’on entretient une rivalité toute particulière envers le voisin marseillais…